l’auteur

Grisélidis Réal

photo Grisélidis RéalGrisélidis Réal (1929-2005) est née à Lausanne et a passé son enfance en Égypte et en Grèce avant de s’inscrire aux Arts décoratifs de Zurich. Elle commence à se prostituer au début des années 60, dans un bordel clandestin de Munich : divorcée, elle doit nourrir ses trois enfants –elle en aura quatre, "tous artistes", écrit-elle fièrement.

En 1975, elle est l’une des meneuses de la "Révolution des prostituées" à Paris : cinq cents filles occupent la chapelle Saint-Bernard et réclament la reconnaissance de leurs droits. Grisélidis amènera sa « Révolution » à Genève en 1977, et ne cessera de se battre contre une société pétrie de morale judéo-chrétienne.

Elle crée dans son appartement des Pâquis le Centre international de documentation sur la prostitution, et fonde en 1982 l’association de défense des prostitués Aspasie, à Genève. Plus tard, elle combattra avec l’énergie qui lui reste « le Sarkozy » et sa loi régressive. 
La reconnaissance dont elle bénéficie – interventions publiques et dans les médias, travaux de diplômes d’étudiants en sciences sociales –, ne l’empêche pas de continuer à pratiquer son métier.

Elle est l’auteur, chez Verticales, du récit autobiographique Le noir est une couleur (2005) et de Carnet de bal d’une courtisane (2005). La Passe Imaginaire (2006) est le premier de deux volumes de sa correspondance avec l’écrivain Jean-Luc Hennig, dont le deuxième est intitulé Les Sphinx (2006). Elle a par ailleurs écrit de nombreux poèmes dont certains ont été publiés dans A Feu et à Sang, d’autres recueillis par Gérard Laniez dans un recueil intitulé La Nuit écarlate ou le repas des fauves. Beaucoup sont encore inédits.